facebook
google plus
twitter
linkedin
youtube
instagram
pinterest
 

Face à Kuissu Mephou: “Entretien avec M. Jean Genestar PRISO”

Votre tribune est allé à la rencontre d’un compatriote de la diaspora.

Un homme, une valeur, un repère, un modèle.

Coordonnateur sortant du Cameroon Patriotic Diaspora cet homme de l’ombre est plus connu dans sa deuxième patrie que son pays natal.

Expert en biométrie, il fait partie des meilleurs de sa génération dans ce domaine où il s’est fait un nom et même un prenom!

Chef d’entreprise, chef de famille il s’est engagé pour une diaspora unie. Dans un contexte difficile. Déjà son pays la Côte d’Ivoire compte à lui seul compte plus de 6000 Camerounais. Sous son impulsion, et bien d’autres les camerounais de ce côté là ont obtenu des droits, y compris celui de voter dont les camerounais de ce côté là étaient précurseurs.

Jean Genestar Prison est son nom, il nous a accordé un moment pour répondre à nos questions.

C’était après le forum de la CPD de Munich de juillet dernier.

Lisons.

Bonjour Avant tout chose pouvez-vous nous faire la genèse du CPD et la présenter auxcamerounais ?

L’Histoire de la naissance du CPD commence en Côte d’Ivoire avec l’arrivée de pèreLudovic LADO, affecté dans une grande école de formation. Et Je prendrai contact avec lui immédiatement et ensemble nous allons caresser de la mise sur pied d’uneorganisation qui rallierait toutes les forces patriotiques de la Diaspora. Cardispersées, elles ne jouent qu’à l’avantage du système en place. Tout en étantconscient des problèmes de leadership qui mine notre diaspora.
De la Cote d’Ivoire,il va se rendre en Italie au Vatican, suite à une invitation de sa congrégationreligieuse.

D’où il lancera « l’appel de ROME AUX DIASPORASCAMEROUNAISES »

Tout en joignant l’acte à la parole, il ira donc à la rencontre decelles de France, de l’Italie et de la Belgique ; et par téléphone essayera de joindretoutes les autres. C’est ainsi que nait la dynamique et l’enthousiasme de mettre enplace cet outil ho ! Combien important et déterminant pour une contribution effectiveet efficiente de la diaspora pour le changement dans notre pays. Pour la création de notre organisation, la candidature de OAUGADOUGOU seraretenue, et les préparatifs de notre Assemblée Générale constitutive seront bouclésavec assurances et bénédictions du ministre de l’administration du territoire duBurkina, un mois avant.

A une semaine de l’évènement, notre représentant localsera convoqué à la DST pour s’entendre dire que notre forum était annulé sansautre forme de procédure suite à l’intervention de L’ambassade du Cameroun en Côte d’Ivoire qui administre également sur ce territoire.

Toujours soucieux d’organiser ce forum en Afrique, nous nous déporterons sur laCote d’Ivoire, en nous appuyant sur une association citoyenne dénommée : « Eveildu Cameroun ». Des garanties nous seront encore données cette fois avec pourbonus une lettre d’invitation à tous les participants les exonérant d’un visa au départde leurs différentes résidences, et délivrée par les autorités de la DST de Coted’Ivoire.

Mais le même rouleau compresseur sera encore mis en place au plus hautniveau de l’Etat selon les informations recueillies.Le CPD (Cameroon patriotic diaspora) se tiendra finalement sur paris du 13 au 15octobre 2017. Soit six mois environ après Ouagadougou.Ce mouvement est une plateforme de la presque totalité de toutes les organisationspatriotiques et les personnalités de la diaspora qui se déploient pour l’instant en Amérique du Nord, en Europe et en Afrique. Le CPD se veut être un mou ve mentcitoyen, constitué de camerounais venant d’horizons divers et ayant en commun lescombats pour l’équité, la justice sociale, le respect de l’intérêt général, il ambitionne REFLECHIR ET AGIR de manière synergique avec toutes les composantes de la viede la nation pour le changement.

Certains sont surpris que vous soyez à votre troisième assemblée. Quel bilanfaites-vous de ce parcours ?

Ils ont raison d’être surpris. Tout simplement parce qu’un important travail se fait en back office sans grand bruit pour doter notre organisation d’une bonne assise, tantsur le plan structurel que matériel. Le bilan est très encourageant, car notre organisation gagne en maturité par laqualité des hommes et la quantité des retours positifs qui nous sont adressés. L’humilité, l’objectivité et l’engagement patriotique de ses membres sont lesdéterminants de la vitalité de notre organisation. Voir des camerounais de la Diaspora en si peu de temps organiser trois forums dansdes conditions de confiance mutuelle, avouons que cela augure des lendemainsd’espoir pour notre pays. Mais ceci veut dire tout simplement que notre pays peut aussi changer en bien.

Vous en êtes le coordonnateur sortant. Était-il temps de quitter la tête dumouvement seulement trois ans après ? Dans un pays où les gens durent ausommet de leur organisme vous, vous abandonnez !

Abandonnez, n’est pas le mot approprié. J’ai passé le relais de la coordination à un autre membre, de même que je l’avais reçu du Père Lado Ludovic SJ. Le CPD tient toutsimplement à montrer que l’alternance pacifique est le meilleur des procédés pourimpulser la dynamique dans toute organisation. Nous ne pouvons pas reprocher ausystème en place une chose et la reproduire. Et d’autre part, nous avons admis unsystème rotatif de la coordination. Apres l’Afrique, elle est actuellement en Europe avec le Dr Etah Ewane basé en Allemagne, qui est le nouveau coordinateur. Elle pourrait se retrouver prochainement aux USA avec l’aval du directoire.En tout état de cause, il y a des travaux d’hercule à faire pour arriver au changementdans notre pays. Je continuerai à animer l’Afrique de l’ouest et bien d’autresinitiatives comme ECAM.CI( Eveil du Cameroun Cote d’Ivoire) qui est uneorganisation locale basée en Côte d’Ivoire, sous la coordination du nouveauleadership.

Encore une fois je dis merci à tous mes camarades de lutte pour leurs soutiens.

Votre rencontre de Munich a été fortement décriée. De nombreuses incompréhensions. Pouvez-vous ici nous expliquer les principaux points dediscordes ?

Il est vrai que nous avons assisté à beaucoup de supputations, des choses incroyables ont été dites. La plus étonnante est celle qui indiquait qu’un gouvernement de transition allait être mis sur pied à Munich. Nous étions surpris partout ce tintamarre et étions plutôt inquiets par rapport à la participation au forum denos invités qui s’inquiétaient et s’interrogeaient.

L’actualité s’est également focalisée sur un de nos invités durant le forum en la personne de Me Emmanuel Simh, que je tiens personnellement et au nom du CPD à féliciter pour son sang-froid et sa contribution intellectuelle à ce forum. Sinon dans l’ensemble les travaux se sontdéroulés dans la sérénité, avec les résolutions connues de tout le monde.

Vous êtes un regroupement de la diaspora. Comment se fait-il que les principaux orateurs viennent du Cameroun ?

Le CPD, c’est une coalition de tous les camerounais sans distinction d’appartenancesectaire, tribale, culturelle, ou politique. Il se donne pour missions de travailler aux côtés de tous les parties compatriotes pour l’avancement et le triomphe de la démocratie, de la paix et de la justice.

C’est ce qui justifie pleinement la présence de toutes les tendances politiques en son sein. Effectivement nous sommes tous de la Diaspora, c’est-à-dire nous vivons à l’extérieur du Cameroun et avons tenu à avoir ces intervenants pour récolter les avis contraires contradictoires afin de mieux nous éclairer des réalités du terrain durant nos travaux. Et je puis vous dire que cela nous a été fort utile.

Monsieur Priso où le CPD trouve t il les moyens pour parcourir le monde ainsi ?

Il y a une telle solidarité et le don de soi au sein du CPD qui surprennent plus d’un.Les moyens proviennent uniquement des cotisations de ses membres et aussi des recettes provenant de la vente de nos pins baptisés « LE PIN’S DU PATRIOTE ». Je profite de votre interview pour inviter nos compatriotes qui veulent bien aider la cause que nous défendons à acheter ce pin’s auprès de SUFC (Stand up forCameroon) qui est un de nos partenaires pour cette opération.

La BAS était-elle présente à vos assises ?

Le silence du CPD par rapport à toutes les actions menées par la BAS devait être considéré comme protecteur, et non comme une faiblesse. La diaspora n’a aucun intérêt à se tirer des balles dans les pieds, quand bien même nous ne sommes pas toujours d’accord sur certaines manières de faire. Au CPD, nous avons une très haute idée de la nation camerounaise, notre pays. Si nos frères et sœurs de la BAS étaient venus nombreux, ils auraient été bien accueillis. Comme certains de la section Allemande qui étaient présents et qui se sont exprimés. Ils sont une force qui compte dans la Diaspora et nous en tenons compte, Sinon le DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF que nous réclamons à corps et à cri n’aurait aucun sens.

Quels sont vos rapports avec les autres composantes de la diaspora ?

Nos rapports sont les plus cordiaux et le CPD est ouvert et invite toutes lesorganisations et compatriotes qui souhaitent en devenir membre. L’existence légale du CPD lui confère une certaine crédibilité et notoriété auprès des institutions
internationales et locales. C’est en collaborant ensemble que nous arriverons à convaincre les plus sceptiques.

Je voudrais poser des questions sur votre analyse de la situation du Cameroun.Mais je crois que votre déclaration finale en parle suffisamment.Mais de façon personnelle, quelle est votre lecture de la situation actuelle dupays?

La situation s’est considérablement dégradée. Les racines du mal sont très profondes aujourd’hui. Il existait déjà une grave crise morale due à une mal gouvernance, aujourd’hui les fossés d’une crise politique, sociale et économique sont énormes et très complexes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Et c’est pour cette raison qu’une transition politique est indispensable et s’impose pour un recadrage afin ramener la sérénité, la confiance pour envisager un nouveau départ.Ce n’est aujourd’hui que les camerounais découvrent le projet de société du leaderdu RDPC, celui de mourir au pouvoir. Une idée qui a été soufflé aux oreilles decelui-ci en 1985 par Houphouët lors de sa première visite officielle :«….Chez lesAkan, un chef ne choisit JAMAIS son successeur de son vivant …».Les camerounais doivent dans leur ensemble et toute sensibilité confondue admettre sans équivoque que le définir à relever est le départ de celui qui incarne ce système de son VIVANT. Nous au CPD (Cameroon Patriotic Diaspora), notre conviction est le départ de ce système aux affaires comme préalable à la PAIX au Cameroun. Et pour cela, il faut que la majorité se mette ensemble avant toute autre considération. C’est l’une des missions essentielles confiées à notre Ambassadrice, LIONNE IMPERTUBABLE, j’ai nommé Me ALICE NKOM.

Votre mot de fin?

Nous avons une très haute idée de notre pays.Il y a des raisons de croire et surtout d’être optimiste car notre pays a un potentiel connu et apprécié du monde entier. Toutes les grandes nations passent par des moments difficiles pour une renaissance. C’est notre tour. Et c’est à nous de les négocier avec hauteur, grandeur et détermination pour la postérité.

Merci pour votre disponibilité Monsieur Jean Genestar Priso

Entretien réalisé par kuissu Mephou Gérard

Abidjan le 5 août 2019.

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *