facebook
google plus
twitter
linkedin
youtube
instagram
pinterest
 

LE GOUVERNEMENT CAMEROUNAIS DANS L’EMBARRAS APRÈS UN INCENDIE GRAVE À LA SONARA.

L’une des unités de production de la Société Nationale de Raffinage du Cameroun (SONARA) a explosé dans la nuit du 31 mai 2019, aux environs de 21 heures 30 minutes. Créant ainsi un vent de panique au sein d’une population meurtrie qui vit déjà au quotidien avec la peur dans le ventre. Beaucoup se sont interrogés sur l’origine de l’explosion: Est-ce un simple accident ? Est-ce un acte criminel visant à couvrir une quelconque malversation, au regard de l’atmosphère politique et sociale actuellement méphitique ? Dans tous les cas, nous n’allons pas supputer sur ces questions, mais nous pencher plutôt sur ses conséquences.

Si d’aucuns pensent qu’il s’agit de simple explosion de l’un des nombreux bacs que les circuits de production de la raffinerie, la majorité des camerounais quant à elle – au regard des dégâts visibles – croit plutôt que la réalité en est tout autre. Le Cameroun est dans la merde pouvons-nous affirmer sans risque de nous tromper. Interroger pour savoir quelles peuvent être les conséquences de cette incendie sur le fonctionnement de la société, l’un des techniciens en service à la SONARA que nous avons contacté nous a répondu en ces termes :

“contrairement à ce qu’on veut vous faire croire, ce n’est pas un bac qui a explosé, mais plutôt une unité de production. L’unité 10, qui est la principale des trois que compte la SONARA. C’est le four principal qui reçoit le brut…”

La réalité est donc tout autre. Et c’est cette réalité qui est décrite en des termes à peine voilés dans le communiqué de la SONARA signé de son directeur général Simo Njonou Jean-Paul le 01 juin 2019. 

Dans ce communiqué intitulé “Déclaration de force Majeure”, le directeur général de la SONARA informe tous ses partenaires de la survenance d’une explosion suivie d’un incendie grave qui a entraîné des dégâts et un arrêt de production de toutes ses unités pour une période à déterminer. En attendant l’évaluation définitive des dégâts, il déclare la suspension provisoire de ses engagements contractuels et promet d’informer de la cessation en temps utile. Vous pouvez bien comprendre à travers son communiqué que les camerounais feront face dans les prochains jours à une pénurie de produits pétroliers si résolument, le gouvernement ne trouvait pas une solution palliative pour satisfaire les populations. Alors l’on peut bien se demander: le gouvernement Camerounais va t-il importer les produits pétroliers jusqu’à la cessation du cas de FORCE MAJEURE ???

Harry GWALA

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *